Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/09/2010

La Belgique "ingouvernable" selon le Financial Times

financial_times.jpgSamedi soir, alors que les médias belges déployaient tous les efforts à coup d'éditions spéciales en tous genre pour faire part de la crise politique à son apogée depuis quelques mois, à l'étranger, les analyses commencent doucement à prendre forme ce week-end.

Le Financial Times a par exemple publié ce dimanche un article selon lequel la Belgique serait ingouvernable. Selon le site anglais, nous serions, tout comme nos voisins néerlandais, incapables de former une coalition. La politique de notre pays est décrite comme "torturée" et "introvertie". Le site économiste nous apprend aussi qu'aux Pays-Bas et en Belgique la tendance se dessine vers un futur post-moderne, celui où finalement, les citoyens se rendent compte qu'ils n'ont pas besoin de gouvernement.

Claire Huysegoms

EN SAVOIR PLUS :

Lire l'article "The ungovernable Low countries", The Financial Times

Retrouvez Politic Twist sur Facebook et Twitter

04/09/2010

Francophones et néerlandophones, une vision différente de la gestion de leurs mandats ?

cum.jpgRécemment, je vous avais parlé du site Politifacts et de Cumuleo. Aujourd'hui, ce dernier publie une analyse des cumuls des mandats au Nord et au Sud du pays.

Communiqué de Cumuleo :


L'analyse des mandats exercés en 2009 par les mandataires du nord et du sud du pays met en exergue des différences substantielles. Simple coïncidence ou réelle vision communautaire différente ?

Analysons plus en détails...

Les mandataires néerlandophones sont plus nombreux que leurs homologues francophones, rien de surprenant dans ce constat. Au niveau national, 54,1 % des mandataires sont néerlandophones, 44,2 % sont francophones et 1,7 % sont germanophones (voir le détail).

Les francophones aiment les mandats non rémunérés alors que les néerlandophones privilégient les mandats rémunérés

En moyenne, un francophone cumule 7,3 mandats alors qu'un néerlandophone se limite à 6,4 (voir le détail).

D'où provient cette différence ?

Paradoxalement, les mandataires néerlandophones cumulent sensiblement plus de mandats rémunérés. 3,4 pour être précis. En la matière l'écart avec les francophones est faible puisqu'ils les talonnent avec une moyenne de 3,3 mandats rémunérés.

La différence est nettement plus marquée au niveau des mandats non rémunérés. L'écart entre francophones et néerlandophones est cette fois de 1 mandat (33 % d'écart). Les francophones cumulent en moyenne 4 mandats non rémunérés contre 3 pour les néerlandophones (voir le détail).

Les francophones acceptent donc plus de mandats périphériques, ce que sont le plus souvent les mandats non rémunérés, alors que les néerlandophones se concentrent d'avantage sur leurs mandats principaux.

Cette analyse est confirmée par la répartition des mandats au sein de chaque communauté. Les francophones cumulent plus de mandats non rémunérés (4) que de mandats rémunérés (3,3). La tendance est inversée au nord de la frontière linguistique puisque les néerlandophones répartissent leur agenda entre 3 mandats bénévoles et 3,4 mandats rémunérés.

Cette différence est à ce point marquée que, bien que les francophones soient moins nombreux, ils ont exercés en 2009, 1271 mandats non rémunérés de plus que leurs homologues du nord du pays (voir le détail).

Les mandataires néerlandophones moins ouvert à la transparence

En 2009, 4,7 % des néerlandophones ont fait l'impasse sur leur liste de mandats et 1,7 se sont «abstenus» de déposer leur déclaration de patrimoine.

Ces chiffres sont sensiblement plus faibles pour les francophones avec respectivement 3,7 % de mandataires en défaut pour la liste de mandats et 1 % au niveau de la déclaration de patrimoine.

Cette tendance se confirme si l'on regarde les chiffres globaux sur les 6 années pour lesquelles nous possédons des données. Les mandataires ayant été au moins une fois en défaut de dépôt de la liste des mandats sont au nombre de 15,6 % côté néerlandophone contre 12,5 % côté francophones. Tendance identique en matière de déclaration de patrimoine, avec respectivement 15,7 % de néerlandophones en défaut et 12,2 % de francophones.

Rappelons que les mandataires en défaut reçoivent un rappel par recommandé de la Cour des comptes, ils peuvent donc difficilement invoquer un oubli ou un manque de connaissance de leurs obligations légales.

EN SAVOIR PLUS

Consultez l'ensemble des statistiques communautaires actualisées sur Cumuleo.

 

Claire Huysegoms

03:29 Publié dans Stûûts belges | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cumuleo

01/09/2010

Les problèmes communautaires vus du Congo

654kroll8.jpgPetite interview qui met en avant l'avis d'un Congolais sur la difficulté en Belgique de se mettre d'accord.

Ce témoignage ne représente pas l'avis de tous les Congolais. Il résume la différence entre la notion de "peuple" et de "communauté". Malgré son côté réducteur d'une problématique plus complexe, je trouve ce clin d'oeil sympathique , pas vous ? :)

Claire Huysegoms

Suivez Politic Twist sur Twitter et rejoignez la page fan sur Facebook.

30/08/2010

Le papillon sous toutes les coutures

1.jpgDepuis quelques semaines, on ne voit plus que lui. Rouge, bordeaux, parfois doté de petits pois, le papillon d'Elio Di Rupo me fascine. Que se cache-t-il derrière ce simple accessoire ? Pourquoi le papillon ? Quel papillon pour quelle occasion ? Tentative de réponse en images.

Le "noeud pap'" est, parait-il, complètement désuet. Pourtant, à part Elio Di Rupo, ce bout de tissu trouve encore des clients. Fort apprécié dans le monde du divertissement, ce sont particulièrement les clowns qui l'affectionnent le plus. Stan Laurel  du duo "Laurel et Hardy" perdrait probablement tout son charisme sans son noeud papillon.

pap.jpg

D'autres corps de métiers semblent aussi plus à même de représenter une cible des vendeurs de papillons. Certains médecins ont jetté leur dévolu sur le mignon petit objet, se détournant de la cravate baladeuse, cette dernière réputée pas très hygénique par les patients.

Le papillon est également l'attirail des gens désirant soigner particulièrement leur apparence lors d'occasions spéciales. Pas de smoking sans papillon, cela va de soi. Les retaurants sont aussi des nids à noeuds pap' . Les serveurs empapillonés évitent de cette manière les pires maladroitesses que je vous laisse le plaisir d'imaginer.

1.jpgA signaler également, les Chipendales ont aussi craqué pour le morceau de tissu en forme de volatile poétique. Bref, le papillon fait partie intégrante de la vie de beaucoup de personnes et n'est pas prêt de disparaitre.

Claire Huysegoms

Suivez Politic Twist sur Twitter et rejoignez la page fan sur Facebook.

26/08/2010

Rudy Aernoudt, la nouvelle tendance hip hop ?

rudy.jpgVoici une nouvelle chanson de Gennaro Amoruso. Le thème : l'actu toute chaude du PP sous le rythme du titre hip hop en vogue cet été, "Désolé" de Sexion d'assaut. "Ouaaaaais gros !".

Ecoutez la parodie : "Rudy Aernaudt, désolé" de Gennaro Amoruso :
podcast

 

REFRAIN : "Et on veux que tu quittes le parti

t'as vraiment dit trop de conneries

Mon ptit Rudy Aernoudt Désolé

On r'sent comme une envie t'isoler"

 

Voici la version originale :

N'hésitez pas à nous écrire à politic.twist@gmail.com

Claire Huysegoms

Suivez Politic Twist sur Twitter et rejoignez la page fan sur Facebook.

 

24/08/2010

Les négociations : un dîner de cons d'après Modrikamen

imgres-1.jpegTiens, Modrikamen vient de comparer publiquement les négociations actuelles à un "dîner de cons". Après, faudra plus qu'on s'étonne qu'on prenne les Belges pour des imbéciles... ;)

EN SAVOIR PLUS :

Le PP réclame un plan B pour la Belgique

Voici un extrait du film culte "Le dîner de cons" :


LE DINER DE CON
envoyé par OFFICIAL-CAM. - Court métrage, documentaire et bande annonce.

 

L'Institut Itinera se penche sur l'avenir de la Belgique

20100205_logo_FR baseline.jpegJe vous avais récemment parlé de la Re-bel Initiative, ce groupe de penseurs ouvert qui propose des solutions afin de mieux vivre en Belgique. Alors que les 7 partis suent afin de négocier une réforme de l'Etat, voici un autre exemple tout aussi concret de personnes qui réfléchissent et agissent pour un meilleur avenir du pays.

 

Les négociations sont toujours en cours, sous la houlette de Monsieur Di Rupo qui peine à mener à bien sa mission. Car la N-VA de Bart De Wever, après avoir mis la loi de financement sur la table, a lâcher la bête : la régionalisation de l'impôt des personnes physiques (IPP).

En marge de toute cette mascarade (J-71 sans gouvernement) qui risque de mal finir, un 'think-tank', l'Itinera Institute a émis plusieurs pistes de réflexion pour la régionalisation de l'emploi. Leur proposition est gratuitement téléchargeable sur leur site.

Ce groupe de chercheurs, chapeauté par le professeur Marc de Vos, se proclame indépendant.L'équipe est très diversifiée. Son conseil consultatif veille à la rigueur et à l'indépendance des travaux de l'Institut. Parmi ses membres, on y repère quelques pontes du Royaume (Luc Coene, Etienne Davignon, Mark Eyskens, etc.). Notons toutefois que la notion d'indépendance diffère, selon mes observations, de celle proposée par la Re-bel Initiative. Cette dernière est financée par le Fondation Universitaire, tandis que l'Itinera propose aux entreprises - qui possèdent donc des intérêts particuliers - de sponsoriser l'Institut. Loin de moi l'idée de cracher dans la soupe, mais la présence de personne comme le Vice-Président de Suez dans le conseil consultatif n'est pas particulièrement gageure d'indépendance totale.

Vous l'aurez compris ce « think-tank », tout comme la Re-bel Initiative, est ouverte aux collaborations. Une sorte de rubrique de « community managing » vous permet d'ailleurs de les sponsoriser, de faire des dons, de recommander le site, de réaliser votre propre clip, de vous inscrire à la newsletter et surtout, de proposer vos idées ! L'institut propose en effet un encadrement et une solution logistique à tout ceux qui désireraient se lancer dans un projet de recherche pouvant les intéresser. Avis aux amateurs !

Claire Huysegoms

 

14:25 Publié dans Stûûts belges | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : itinera

"Bart ma petite burne, arrête tes conneries"

imgres.jpegMerci à Gennaro Amoruso pour l'envoi de cette parodie d'une chanson de Patrick Bruel. N'hésitez pas à m'écrire pour partager vos stûûts sur la politique àpolitic.twist@gmail.com

Patrick Bruel s'est transformé en Elio Di Rupo ! "Le rapport n'est pas fait, le Roi va me buter" : toute en élégance (hum), les événements récents de la politique belges sont transposés en musique par Gennaro Amoruso de Radio Quartz.

Ecoutez "Bart ma burne" :


podcast


alt.jpegA quand la même version pour Laurette :) ? Si vous appréciez comme moi le style de Gennaro Amoruso, découvrez aussi
sa chanson sur Carrefour. Ecoutez-le aussi sur Radio Quartz tous les mercredis dans
l'émission "C'est du Sérieux". Journaliste de formation, il refait l'actualité à sa manière chaque semaine en compagnie de ses acolytes.

Pour clôturer ce billet, petit coup d'oeil àL'humeur d'Oli (visitez son blog, il est génial !!) :

humeur_249.jpeg

Claire Huysegoms

 

22/08/2010

365 raisons de rester Belge de Patrick Weber

DSCN3670.jpegCette semaine, lors de mes recherches sur la cartographie belge, j'ai découvert un livre assez amusant.

"365 raisons de rester Belge" de Patrick Weber propose tous les jours, une idée, un clin d'oeil lié aux 32 545 km2 de territoire belge. Cet ouvrage m'a été proposé par Corentin Pirard, infographiste chez IPM et illustrateur de ce livre qui mérite d'être réouvert en ces temps difficiles pour la géographie nationale.

Le but de sa réalisation en 2007 était, comme le dit l'auteur, de faire découvrir "365 (bonnes) raisons de continuer à vivre ensemble". Bref, un livre en plein coeur de l'actu à petit prix (10 euros).

EN SAVOIR PLUS

WEBER Patrick, "365 raisons de rester Belge", Editions Racine, 2007.

Site de Corentin Pirard

DSCN3666.jpeg

 

DSCN3665.jpeg

 

 

Claire Huysegoms

Suivez Politic Twist sur Twitter et rejoignez la page fan sur Facebook.


11:21 Publié dans Stûûts belges | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : livres

21/08/2010

Trois propositions de réformes de la Re-Bel initiative

rebel.jpgSaviez-vous qu'à part parader devant le Roi, certaines personnes cogitent afin de résoudre les problèmes en Belgique ? En voici un exemple concret...

La Re-Bel initiative, un projet lancé en avril 2009, réunit des universitaires venus des quatres coins du Royaume afin de "repenser la Belgique". Des simulations financières pour trois propositions de réforme du système de financement des régions et communautés en Belgique viennent d'être publiées. Ce document a été réalisé par André Decoster (professeur d'économie à la KULeuven) et Philippe Van Parijs (professeur d'économie et d'éthique sociale à l'UCLouvain).

"Rethinking Belgium", être "Re-Bel" : "pas évident", j'ai envie de dire ! Pourtant, l'environnement intellectuel semble assez fertile au vu de leur nombreuses publications d'e-books. Dans un esprit académique, mais ouvert à toute personne désirant s'intégrer dans ce vaste chantier, Re-Bel favorise la rencontre de divers points de vues afin d'envisager le futur de la Belgique dans une perspective européenne. Rigueur et indépendance, Re-Bel n'appartient évidemment pas à un parti politique et est financé par la Fondation universitaire. Si vous ne comprenez pas en quoi des universitaires peuvent être "Re-Bel", je vous invite à voir la vidéo "ULB, université rebelle" réalisée par la RTBF par l'équipe du Quai des Belges.

Personnellement, je trouve que dans cette période de doute national, les inspirations sont toujours bonnes à prendre, d'autant plus si elles sont produites par le gratin intellectuel belge. Car eux aussi sont soucieux du bien commun pour tous ceux vivant en Belgique. N'hésitez donc pas à surfer sur leur site ou à lire leur tout nouveau document (vous en trouverez un extrait ci-dessous). La "lingua franca" utilisée dans ce projet audacieux est l'anglais, le "latin" des universitaires d'aujourd'hui en somme. Ce choix est justifié par le désir de partager au plus grand nombre les recherches du groupe et de bien réfléchir avant d'utiliser les termes en anglais afin que les idées soient exposées clairement :

Simulation and grafical presentation of three radical proposals for a more transparent funding of Belgium's Regions.

"As part of the Re-Bel initiative (www.rethinkingbelgium.eu), an e-book was published containing three proposals for making the funding of the Regions more transparent through a radical reform of the Special Finance Act (henceforth SFA).1 The purpose of this note is to simulate the core of each of these proposals in order to highlight the way each attempts to articulate regional responsibility and inter-regional solidarity in a far more transparent way than the very opaque and heterogeneous set of dispositions that makes up the current SFA. The ambition is not to model every detail of each proposal nor the difference each would make under various circumstances compared to the existing SFA, and even less the transitional measures that would be needed to get smoothly to the new system. It is to clarify the discussion by getting to the
heart of each proposal and showing graphically how the way in which solidarity is being implemented" in each affects the financial incentives of regional authorities
."

LIRE LA SUITE


Claire Huysegoms

Suivez Politic Twist sur Twitter et rejoignez la page fan sur Facebook.

15:20 Publié dans Stûûts belges | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : re-bel